Bon on va peut-être pas abuser :p
Ok je suis en mode super rush! Je pars demain, je m'absente presque quatre semaines donc mon prochain post, a priori, sera début juillet. Je poste aujourd'hui, demain je n'aurai pas le temps :)

Voilà d'autres recherches pour Ebène (cf. les deux posts précédents) :

ebeneconcept

ebene

ebenedetail

(Clic! pour agrandir)

Et un portrait de Jo, un perso dont je ne vous ai pas encore parlé mais qui fait partie de la même histoire.

Jo

Pour les intéressés toujours, un passage sur (la charmante) Jo :

"...Je ne voulais pas vous insulter, ni vous manquer de respect. Vous avez dû me haïr et me trouver vraiment bête.
J’espère que vous comprendrez. Je suis sincèrement désolé de m’être conduit aussi mal."

Je chiffonne et balance la lettre – manuscrite – à la poubelle, et me vautre plus lourdement encore dans mon fauteuil.
Puis je me lève pour aller la chercher. Heureusement, il n’y avait rien d’autre dans la corbeille. Je relis la lettre, le menton dans la main.
Merci de me rappeler que je ressemble autant à une femme qu’un hippopotame à un oiseau, enfoiré.
Allez, du calme. Je ne me mets pas en colère pour des conneries pareilles, d’habitude, n’est-ce pas ? Bon, mis à part le journaliste chez Bertholi. Et l’officier-instructeur sur Bêta-rouge. Et puis le videur du Pussy Cat Girls. « Soirée réservée aux filles ! », qu’il m’a balancé, ce connard. C’est lui que j’ai balancé, moi. Bref.
J’ai bientôt quarante ans. Faudrait quand même que j’arrête de me vexer pour ça.
Je peux à la rigueur me consoler en me disant que mon salopard de futur-ex-mari, malgré toutes ses conneries mythiques, ne m’a jamais fait chier avec ça.
Quoique. Une fois, il s’est marré quand un autre connard de journaliste m’a demandé si je pensais que mes deux fils seraient aussi musclés que moi. Cela dit, il a moins rigolé quand j’ai répondu que tout ce que j’espérais, c’est qu’ils ne soient pas aussi chochottes que leur père. Bon. Disons qu’il m’a foutu la paix sur ce point.

Tu parles d'une consolation.
J’ai du mal à me concentrer. En fait, cet abruti notoire de capitaine, avec sa gaffe intergalactique, a réussi à rappeler à mon bon souvenir cette satanée affaire de divorce et de garde d’enfants.
Bordel. Ça fait un an que je ne les ai pas vus, mes gosses. Ils sont en train de devenir des hommes, et maman n’est pas là pour le voir. Pas que j’aie l’esprit de la maman idéale. Mais mon idée, c’est que maman-la-militaire-jamais-là pourrait bien leur dispenser une éducation moins pourrie que papa-crétin-le-scientifique-à-deux-balles. Celui-là, le jour où il apprendra quoi que ce soit à qui que ce soit, faudra m’appeler et sortir le champagne. J’ose même pas imaginer ce qu’il est en train de fourrer dans la tête de mes gamins. Heureusement, je sais qu’il n’est pas du genre à fourrer autre chose ; ça me rassure un tout petit peu. J’ai beau manquer d’instinct maternel, comme on dit, si quiconque touche à mes petits, je lui fais le coup du journaliste. Pétage de gueule sans sommation.